Comment la pratique de la méditation peut aider à voyager heureux

Salut, cher voyageur, chère voyageuse. C’est Tiffany. J’espère que tu vas bien. Je suis très heureuse de te retrouver dans ce nouvel article.

Aujourd’hui, j’ai la joie d’accueillir sur le blog, l’article de mon ami Jérémy. C’est le fondateur du blog : Méditer pour être libre. Dernièrement, il est allé à sa première retraite Vipassana pour pratiquer la méditation, en Inde. Sa première fois en Inde également. Ça lui a fait beaucoup de première fois. Il t’explique comment le fait de garder un esprit calme peut t’aider à voyager plus heureux. 

J’espère que tu y trouveras de la valeur. Bonne lecture et un bon voyage en Inde en compagnie de Jérémy. 🙂

 

L’inde et ma première retraite Vipassana (Partie 1) : calmer le mental pour affronter la peur de l’inconnu.

 

C’était il y a maintenant 9 mois, suffisamment de temps pour accoucher de mon retour d’expérience 🙂 : Tu voulais sortir de ta zone de confort et bien tu y es !

 

A peine arrivé à New Dheli, et comme si la vie voulait me tester et me montrer à quel point le mental peut très vite s’emballer, la première embuche se présente. N’ayant pas très bien préparé mon voyage, je ne peux m’en prendre qu’à moi-même.

Apprenez à vous observer.

Je suis sensé prendre un autre avion vers Goa pour y passé trois jours avant la retraite. Le timing est serré et je n’ai qu’une heure entre les deux avions. Tout juste de quoi récupérer mes bagages et embarquer pour le vol suivant.

 

Petite check liste : bagages, ok. passport, ok. Billet d’avion… Billet d’avion… Bi… PAS ok !

 

Qu’est-ce que tu as fais de ces fichus billets ? Tu ne les as tout de même pas oublié ? Regarde bien, ils ne doivent pas être très loin… Visiblement, ils ne sont pas là… Réfléchiiiii !

 

Idée de génie qui va tout résoudre : Ok, tu ne vas pas passer 3 heures à chercher, vas au guichet pour demander si tu es bien enregistrer sur le vol. Histoire de vérifier si tu ne cherches pas un truc qui n’existe pas.

 

Au guichet après avoir demander à l’agent de regarder dans leur fichier : “Vous êtes certain que vous n’avez rien à mon nom ?”

Ce qui après deux mois de cours d’anglais donne :”Ok, thank you !” 🙂

 

Étudie les possibilités, trouve une solution… Idée de génie qui va tout re-résoudre : achète un billet sur place !

 

“Tous les vols qui partent aujourd’hui sont complets ! Et demain ?”

 

“Wow, 300 euros pour faire New Dehli-Goa, merci beaucoup mais je vais faire autrement.” (j’ai plein d’idées de génie en stock)

Encore une fois, traduisez par :”Ok, thank you.”

 

Bon, il va falloir improviser maintenant.

 

Idée de génie qui va tout re-re-résoudre : prends un billet dans l’autre sens et rentre chez toi ! Et sinon, rien d’autre à proposer ? Prends le train. Ah tout de même ! Voilà une idée de génie qui va tout résoudre ! 🙂

 

L’argent échangé à Orly n’étant pas suffisant pour prendre un taxi jusque la gare de New Delhi, je me dirige vers le distributeur à la sortie de l’aéroport.

Est-ce que ta carte va fonctionner ici ? Je vous ais dis que je n’avais pas très bien préparé le voyage…

 

Tu aurais peut-être dû te renseigner avant de partir. Essai encore. Toujours pas !

Idée de génie qui va tout re-re-re-résoudre : utilises ton autre carte. Bien vu !

Même résultat, ça ne fonctionne pas et me voilà à des milliers de kilomètres de chez moi sans pouvoir retirer d’argent.

Maîtrise ton esprit

Le petit vélo s’emballe et commence à imaginer toutes sortes de scénarios négatifs reliés à la peur, le cœur s’accélère et plein de sensations commencent à envahir mon torse et mes bras.

  • Ok, quels sont les possibilités ?
  • Prendre un taxi et lui demander de t’amener à un autre distributeur.
  • Et si, ça ne fonctionne toujours pas ?
  • Et bien, tu vas te retrouver dans l’impossibilité de continuer le voyage, tu vas devoir la course au chauffeur de taxi et tu n’auras rien pour le payer. Tu ne pourras pas retourner à l’aéroport en transport car tu n’auras toujours pas d’argent.
  • Ah ok ! Et sinon ?
  • Appel ta banque pour te défouler sur eux.

 C’est étrange comme on a tendance à nier sa responsabilité et à en vouloir aux autres dans ces situations.

  • Rien de mieux ?
  • Sinon tu peux rentrer chez toi !
  • Heu, le retour est dans trois semaines…

Idée de génie qui, cette fois ci, va vraiment tout résoudre : Rappel toi l’étude de Carol Dweck, la psychologue américaine, qui a montré que 90% de nos scénarios négatifs n’arrivent jamais et commence par calmer ton esprit parce-que là, ce n’est pas très constructif ! (Merci à mon mentor Martin Latulippe de m’avoir fait connaître cette étude)

Ok, ramène ton attention sur l’air qui entre et qui sort de tes narines, reviens au moment présent. Voilà qui est fait et maintenant ?

Une fois le calme fait, je fais confiance à mon intuition et je saute dans le premier taxi que je vois.

Fais-toi confiance

“Bonjour, pouvez-vous m’amener à la gare et m’arrêter à un distributeur sur la route pour que je puisses vous payer la course ? “

 

Toujours avec mon anglais parfait ça sonne comme cela : “Hello, train station ?” 🙂

Nous voilà en route pour la gare, le chauffeur s’arrête en chemin et je teste un premier distributeur. (J’ai tout de même réussi à lui expliquer mon problème).

 

Bon… ça ne fonctionne pas. Reste calme et essai l’autre carte. Non plus ! Reste cool, il y a d’autres appareils…Heuuu, j’ai fais quatre distributeurs et je n’ai toujours pas d’argent. J’espère que Carol a étudié sérieusement ! Il reste deux distributeurs dans la rue. Celui-là je le sens bien.

Je dis bonjour à l’homme qui vient de terminer la maintenance de l’appareil et à celui à côté qui fait une sieste sur une chaise. Première carte : après deux essais, elle ne fonctionne toujours pas. Deuxième carte : alleluia ! J’ai gagné ! Yeeeeees, Inde me voilà !

A retenir

Votre mental à la fâcheuse tendance à vous mentir et à imaginer toutes sortes de scénarios négatifs. Dans ces moments là, revenez ici et maintenant car 90% de ces scénarios ne se produisent jamais alors écoutez votre intuition, elle seule sait ce qu’il faut faire.

 

Je remonte dans le taxi, nous voilà en route pour la gare et je ne sais toujours pas où je vais passer les trois jours qui me sépare de la retraite. Mais ceci est une autre histoire.

 

Et vous quelles sont vos plus grandes peurs ? Comment les affrontez-vous ? Quelles situations au quotidien vous font perdre vos moyens ?

 

Si cet article vous a aidé, inspiré, vous a fait rire (c’est mon cas) ou si vous souhaitez connaitre la suite de l’aventure, c’est par ici.

 

Jérémy,

 

Retrouvez- moi sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *