4 conseils pour mieux préparer ton voyage dans le Transsibérien.

Salut, cher voyageur, chère voyageuse. C’est Tiffany. J’espère que tu vas bien. Je suis très heureuse de te retrouver dans ce nouvel article.
Aujourd’hui, je te partage 4 conseils pour mieux préparer ton voyage dans le Transsibérien.

Ses conseils reposent sur l’expérience de deux voyageuses, Estelle et Carole, que j’ai rencontrées en octobre juste après leur voyage de plus de 2 mois dans la Russie. Elles ont pris le Transsibérien de Moscou à Vladivostok et on fait le voyage d’une seule traite, soit 6 jours et demi pour faire 9288 km. Hallucinant ?! 
Puis, elles ont pris le temps pour rentrer sur Moscou. Elles ont voyagé en train, en bus, en faisant du stop et une fois en avion aussi, au Lac Baikal.
Et aujourd’hui, je te raconte tout ce qu’elles m’ont dévoilée de leur fabuleux voyage dans le Transsibérien.

Allez donne moi la main, je t’emmène dans le Transsibérien !!! 

tournant-du-train-transsiberien

Tu es chez toi, ta décision est prise : tu pars en voyage en Russie dans le Transsibérien et tu pars découvrir l’Est de La Russie. Ton visa est commandé ! C’est le moment d’acheter tes billets pour le très célèbre train, le Transsibérien.

 

Conseil n*1 – Quel type de compartiment choisir pour ton voyage dans le Transsibérien ?

Tu choisis : une place en Koupé ou en Platskart ?

Les places en Koupé correspondent à la seconde classe du train. C’est un compartiment qui contient 4 couchettes : 2 couchettes superposées sont séparées par un petit espace. Il n’y a pas de lavabo dans le compartiment. Des toilettes se trouvent en dehors du comportement, dans le wagon. 

une-cabine-de-koupe

Les Platskart, c’est un compartiment rempli de 54 couchettes. C’est une sorte d’open-space. C’est génial pour une immersion mais un peu plus compliqué pour ton intimité.

Pour faire ton choix c’est très simple, je te conseille de voyager en Koupé au-dessus de 24 heures de voyage, et en-dessous, tu peux voyager en Plastkart.
Tu te demandes surement : « Mais pourquoi ? »

Le Koupé permet de t’aménager assez rapidement  un coin à toi, où tu peux jouir d’une certaine intimité. Tu peux laisser tes affaires plus facilement pour aller fumer ou aller aux toilettes. Et, on dit que les toilettes sont aussi plus propres.

Si tu aimes regarder par le fenêtre, choisis une place en Koupé. Tu peux accéder au couloir. Alors que dans les Plaskarts, c’est difficilement possible. Il y a des couchettes partout. Il y a peu de places. D’ailleurs, il est dit que tu n’as rien à faire dans le couloir. Donc définitivement, si tu veux vagabonder dans un couloir et profiter du paysage. Le Koupé, c’est mieux ! 

train3

nuit-transsiberien-en-wagon-koupe

Les Plastkarts, je le répète, c’est génial pour l’immersion, pour faire de belles rencontres. Les gens discutent entre eux, sur des sujets divers et variés, sans même se connaitre. Quel lieu agréable et intéressant pour passer une petite journée, non ? 

Maintenant que tu as bien préparé ton itinéraire et choisis les billets de train en conséquence, qu’est-ce qu’il te reste à faire ? Ta valise, bien sûr !!!!

 

Conseil n*2 – Que faut-il mettre dans ta valise pour passer le meilleur séjour possible dans le Transsibérien ?

Des claquettes ! 

Là, je t’entends me dire : « Euh Tiffany, des claquettes… c’est à dire ? »

Les claquettes, c’est pour te déplacer dans le train.
Tout d’abord, parce que les toilettes sont des espaces très petits et tu es dans un train… donc quand tu vas faire ta toilette, il va y avoir de l’eau un peu partout. Tu peux dont oublier les chaussettes. C’est pas très confortable.

Garder tes chaussures n’est pas une bonne idée non plus. Déjà, en Russie, ça ne se fait pas. Les règles d’hygiène sont assez strictes à ce sujet : les chaussures, c’est dehors. A l’intérieur, c’est interdit.

(Petite parenthèse, je me suis déjà vue visiter des musées avec des sacs plastiques autour des chaussures.)
Je pense que c’est cause de la neige et, surtout de produits chimiques sur les trottoirs. Mais même l’été, la majorité des russes trouvent cela inconcevable de faire un pas dans la maison avec ses chaussures. 

Donc, pense à prendre des claquettes. Pas de panique, au pire, le chef du wagon en vend ! Cool !

De la vaisselle réutilisable !

C’est à dire que je te conseille d’avoir un verre, une assiette et des couverts dans ta valise.
Là, encore, le chef du wagon en vend ! 

transsiberien-et-ses-provodnitsas

Je remarque que je te parle beaucoup des chef de wagon. Tiens, les voici en photo. Elles sont belles n’est-ce pas ? 

Tout simplement parce que tu ne vas pas aller te restaurer tout le temps au wagon bar. De ce que j’ai entendu, le choix est peu appétissant… 

Et donc, je te conseille d’aller faire des courses avant de prendre le train ! 
De la nourriture comme des gâteaux secs, du pain et tout ce qui se prépare avec de l’eau très chaude.
Dans chaque wagon, il y a un samovar (un distributeur) d’eau très chaude en libre service. Pratique ! 

samovar-du-wagon

Samovar d’eau chaude

train

Un repas dans le Transsibérien.

Pense à prendre un dictionnaire ! 

Tu peux aussi opter pour un traducteur sur ton smartphone. Mais le dictionnaire créé plus de liens. Les russes s’amusent à chercher des mots en français par exemple. Et puis surtout, ça te permet plus facilement pendant ton voyage de l’ouvrir au hasard et d’apprendre du vocabulaire, par curiosité. Du moins, au début, quand tu seras motivé hihi ! 

D’ailleurs, en parlant de barrière de la langue. Tu te demandes surement comment ça se passe en Russie pour communiquer : « Parlent-ils anglais ? » Je suis désolée de briser tes espoirs cher voyageur, mais malheureusement en majorité les russes ne parlent pas anglais.

 

Conseil n*3 – Comment se faire des amis russes quand tu ne parles pas russe ?

Et là je t’entends me dire : « Nan mais Tiffany, se faire des amis russes ? Tu sais, on m’a dit que les russes étaient plutôt froids… »

pause-au-quai-transsiberien

Pause du Transsibérien et de ses occupants

Cher voyageur, détrompe-toi ! Bon, ok, ok au premier abord c’est sur que l’accueil d’un russe risque de ne pas être très chaleureux. Pourquoi ? Parce que les russes ne sourient pas sans une bonne raison. Et comme ils ne te connaissent pas, pourquoi ils te souriraient ? C’est assez logique je trouve, pas toi ? 

Mais je te rassure et Estelle et Carole, nos deux super voyageuses, se joignent à moi pour te dire, que faire sourire un russe, au bout de quelques jours ça devient un « jeu ».

Je t’explique. Quand ça fait plusieurs jours que tu es en Russie, tu te rends compte que les russes ne sourient pas au premier abord mais au bout de quelques paroles échangées avec toi, ils sourient. Dans ton esprit, ça devient vite un jeu, un défi à relever. Un défi bien facile je dois l’avouer.

Carole me disait une phrase qui m’a fait rire : « Quand je voyais un russe qui avait l’air particulièrement bougon, je me disais «  Oh toi, je vais te faire sourire dans moins de deux minutes, tu vas voir. » Je trouve ça génial car c’est aussi un « jeu » auquel je joue depuis que je vis en Russie : au restaurant, au magasin… même à la douane. 

D’ailleurs je te parle plus longuement de la froideur russe qui est, selon moi, un mythe complètement faux dans cet article « Pourquoi 200000 personnes se trompent sur les russes ? »

Donc, cher voyageur, tu l’as bien compris, malgré la barrière de la langue et le premier abord peu chaleureux des russes, je te conseille de SOURIRE ! 
Le sourire que tu obtiendras des russes sera ta récompense car le sourire sera sincère.

Peut être que tu te dis : « Ok c’est facile de faire sourire les russes mais c’est que le début de la rencontre. Comment fait-on pour vraiment créer un échange ? »

Cher voyageur, j’ai un conseil précieux à te partager. Si tu veux gagner le cœur des russes, il faut t’intéresser à leur pays et à leur culture. Avant de partir, je te conseille de connaître le nom d’un réalisateur russe par exemple, un athlète russe que tu admires bien ou mieux une chanson russe que tu voudrais apprendre à chanter en Russie. Et crois moi, c’est véridique, Carole et Estelle me l’ont certifiée et je te le certifie également, si tu t’intéresses sincèrement à leur pays, les russes seront touchés en plein cœur et le moment que tu passeras avec eux n’en sera que plus beau.

train2

 

Conseil n*4 – Les russes, l’alcool et toi, comment ça se passe ?

Ah ce merveilleux cliché sur les russes et l’alcool. Il est vrai !!! Bien sûr que les russes aiment faire la fête autour d’une bonne bouteille ? Et toi, c’est le cas non ? Et ceux que tu connais aussi ? Et les autres pays du monde, aussi ? 
Les russes sont comme tous les autres peuples de ce monde, ils aiment trinquer !!

Alors il est vrai qu’ils ne trinquent pas souvent au vin rouge, qui est assez cher surtout comparé au prix de la vodka. Et ! Ils ont tendance à ne pas aimer les verres vides alors ils resservent encore et encore.

Donc j’espère que tu sais boire cher voyageur, car ça peut être un moment éprouvant hihi ! Fais attention à ne pas finir ton verre trop rapidement. 

Estelle et Carole ont eu le chance de goûter à la « Benzine ». C’est le nom qu’elles ont trouvé pour cet alcool russe fait maison. Parce qu’il décoiffe !!! Tu sais où elles ont bu cette mixture pour la première fois ? Sur un bateau au beau milieu du lac Baikal. Ça fait rêver, non ?

nord-du-lac-baikal

Au nord du Lac Baïkal

Elles te conseillent également de ne pas trop sauter de joie et même de prévoir un autre alcool quand un Russe te dit : « Non n’achète rien, il y a du vin rouge maison. » Il est particulièrement sucré et épais… donc ça dépend des goûts !! 

Voilà, cher voyageur, c’était les 4 conseils pour mieux préparer ton voyager dans le Transsibérien. J’espère que ça t’a plu, que ça t’a été utile et que tu as voyagé de chez toi. 

Je te remercie de m’avoir lue.
Je te dis à mercredi prochain et en attendant je t’encourage à rester curieux du monde qui t’entoure.

Tiffany

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *